LES CONTRE-VERITES DE L'EX

Publié le par Le Marin du 95

 

Mes Frères, en ce beau jour du 1er Mai, le texte ci-dessous de notre Frère Spartacus, nous résume bien les forfaitures de monsieur fs et de ses lamentables affidés.

 

Le jour de la délivrance pour notre Obédience approche !

 

Courage et patience mes Frères, c'est inéluctable.

 

Fraternellement,

 

Le Marin du 95                                                 Yves-Marie LE GUEN

 

 

 

 

 

LES CONTRE-VERITES DE L’EX

 

FS qui est le seul à croire qu’il est encore quelque chose à la GLNF, lâché par la majorité de ses GMP et GON, découvre comme par magie que la seule et vraie réalité des pouvoirs maçonniques est aux mains des VM des loges auxquels il adresse une lettre pleine de contre vérités, de mensonges et de manipulations.

Constatant son lâchage aussi par un nombre de plus en plus croissant des loges, il tente par une manœuvre stérile de distiller ses mensonges en déformant la réalité et l’interprétant toujours en sa faveur avec sa méthode habituelle qui consiste à se présenter comme la victime d’un complot ourdi contre sa personne par les autres.

Nous allons montrer et démonter ci-après toutes les contre-vérités de cet homme  qui cherche par tous les moyens et contre le simple bon sens de se maintenir dans l’indignité dans une fonction où l’honneur et la dignité sont de mise. Faut-il ajouter que tout maçon digne aurait renoncé depuis belle lurette en privilégiant l’intérêt général ? Mais il n’a que faire de l’intérêt général de notre obédience.

Revenons donc à cette lettre qu’il adresse ce jour aux VM dont il faisait peu cas il n’y a pas longtemps en disant que les délégués des loges ne représentaient rien. !! D’entrée il déclare que « les évènements nous sont imposés par les circonstances » !!

Non Mr FS, les évènements ne nous sont pas imposés par les circonstances !!

C’est vous et vous seul qui nous avez fait subir ces évènements que nous vivons à notre corps défendant.      

C’est vous qui n’avez pas accepté un vote démocratique lors de l’AG de Mars 2010.

C’est vous qui nous avez imposé une AG pluri localisée invalidée par le jugement du 7 décembre

C’est vous qui, le premier, avez sollicité la justice profane en accusant FMR de « concurrence déloyale », nous réduisant à de simples clients d’une vulgaire officine commerciale. Il est vrai qu’avec vous la GLNF est devenue un bazar commercial où la spiritualité se vend à l’encan !

C’est vous qui refusez  d’exécuter les décisions des tribunaux en multipliant à l’envie des manœuvres dilatoires qui ont fini par exaspérer mêmes vos affidés les plus proches.

C’est vous qui refusez toutes les propositions de sortie de crise qui vous ont été faites par plusieurs frères et non des moindres !!

C’est vous monsieur, et vous seul qui nous imposez de vivre l’affliction de cette tragédie qui nous désespère.

Si vous entendez assumer vos devoirs comme vous le dites si bien, Monsieur, vous devriez faire le seul devoir digne d’un franc-maçon qui se respecte, ce serait de partir afin de préserver l’harmonie entre les frères.

Mais non ! Partir ce serait au dessus de votre orgueil. Mais vous reste-t-il un peu de lucidité pour voir que vous êtes bien seul aujourd’hui, et que vous ne représentez plus que vous-même ?

Vous continuez à répandre cette imposture spirituelle qui est la marque de fabrique de la maçonnerie obédientielle qui consiste chaque fois à confondre Ordre et obédience en faisant croire aux esprits faibles que vous êtes le chef de l’Ordre.

L’Ordre , monsieur , est universel et intemporel et, Dieu merci, ne saurait être incarné par vous. Vous n’êtes pas chef de L’Ordre !!! Vous étiez chef de l’obédience, mais pour nous, vous n’êtes plus rien depuis bien longtemps.

Nous lisons dans votre ultime missive délirante que « vous avez eu le bonheur de conduire le chantier dans l’harmonie et le respect des règles ancestrales… »

Nous vous répondons « nous avons eu le malheur d’être conduits par vous dans le chaos total et dans la violation de nos règles ancestrales que vous avez allègrement foulées aux pieds ». Faut-il vous énumérer les points de la Règle en 12 points que vous avez allègrement violés ?

Vous continuez vos contre vérités en déclarant que vous avez « restauré les VM dans leurs prérogatives essentielles ». Mais monsieur, nos VM ne sont pas des ignares et si nous les avons élus pour ce poste, c’est parce que nous les avons estimés avoir les connaissances et les compétences leur permettant de conduire nos travaux.

Or, à l’analyse des nouvelles constitutions dont vous nous  avez gratifié, la lecture de certaines de ses dispositions fait apparaître le VM des loges comme une sous délégation du GM de la Grande Loge par cette technique de la confusion de la notion de l’Ordre et l’obédience qui est votre marque de fabrique.     

Or, le VM est lui véritablement un des chefs de l’Ordre et pour preuve, il est le seul à pouvoir initier, faire passer des grades et élever un frère au grade de maître maçon !  A-t-on jamais vu une initiation par une Grande Loge? Tout GM que vous étiez, vous n’aviez aucune possibilité d’initier un Frère dans une tenue de Grande Loge.

Vous affirmez que « la nécessaire transmission de nos valeurs fondamentales mises à mal par une croissance constante et soutenue n’a pas été accompagnée par des adaptations structurelles et fonctionnelles … ». 

Mais qui se moque de qui ? Vos 2 derniers prédécesseurs et vous même n’avez eu de cesse, d’inciter les loges à procéder à des recrutements massifs. Le recrutement était même devenu le critère d’appréciation du travail des VM et des loges qui étaient ainsi jugés non plus sur la qualité de leur travail maçonnique mais sur la productivité des initiations effectuées au cours d’une année..

Le matérialisme « spirituel » dont vous êtes l’un des parangons à la GLNF a même conduit à renverser l’ordre des choses en faisant qu’il fallait d’abord être immatriculé contre des espèces sonnantes et trébuchantes avant que d’être initié. De sorte qu’un quidam pouvait être membre de la GLNF sans jamais avoir été initié !

 Vous et vos deux prédécesseurs, vous avez eu 15 ans pour pouvoir adapter nos structures à cette croissance que vous avez voulu et qui fut subie plutôt qu’approuvée par nous. Vous avez pourtant procédé à des adaptations de nos structures mais ce que vous ne dites pas, c’est que ces adaptations ont toujours été faites dans le sens d’une concentration des pouvoirs entre les seules mains du GM. Cela nous fait penser à cet arbre tropical que l’on appelle le Baobab et dont l’ombre interdit la vie tout autour de lui.

« La transmission de nos valeurs » dites-vous !!! Mais jamais cela n’a été une quelconque de vos préoccupations,  y compris lors des foires à la spiritualité que vous avez organisées à vos débuts, et qui relevaient plus du bazar des spiritualités bricolées pour donner un vernis spirituel à vos grandes messes du tour de France des provinces. Ces grandes messes étaient d’ailleurs dédiées avant tout à la célébration de votre plus grande gloire. Ne croyez pas surtout qu’on s’y trompait. Vos pseudos valeurs, monsieur ne sont pas les nôtres !!!!

Vous essayez avec une mauvaise foi notoire  de faire croire que FMR ET les MYOSOTIS PARTICIPERAIENT A UNE REMISE EN CAUSE DE NOS FONDAMENTAUX !!

Il n’y a que vous pour croire cela , mon pauvre monsieur !! Les causes de la contestation résident précisément dans la remise en cause de nos fondamentaux par vos actes et paroles. C’est vous qui violez notre Règle en 12 points.

FMR et les Myosotis, précisément, défendent cette maçonnerie régulière dont vous avez mis en cause les fondements.

Vous affirmez, tout aussi faussement, que FMR remettrait en cause la conception unitaire de la GLNF. Vous auriez dû participer à notre réunion du 5 Mars à Montreuil et vous auriez compris que nos propositions sont loin de vos mensonges.

Vous faites encore allusion à la décision de la Cour d’Appel du 24 juin, mais n’avez-vous pas compris que quelle que soit la réponse,  nous ne vous reconnaissons plus depuis longtemps déjà comme GM.

Il est pathétique de vous voir gesticuler en faisant des manœuvres désespérées pour endiguer la fuite de ceux que vous avez entrainés dans vos délires autocratiques. La nomination par vous, qui n’êtes  rien à nos yeux, d’un DGM juste au moment même de la déclaration contre vous de quelques affidés qui restaient encore à vos cotés, est vraiment dérisoire, pathétique à pleurer !!!

Un homme d’honneur que vous n’êtes pas, aurait depuis longtemps rendu son tablier. Vous ne l’avez jamais été et vous ne le serez jamais.

                                                                            Spartacus

Commenter cet article

enfantsdelaveuve 08/05/2011 09:57


Il en faut du courage pour rester maçon à la GLNF !
Moi qui suis entré à maturité dans cette noble institution, je voulais y trouver un socle solide de fraternité et plus encore de Vérité. Le monde profane me semblait être un profond marécage où
vivaient, tapis, des crocodiles avides et des serpents venimeux. Je recherchais un havre de paix propice à la recherche et à l’exactitude. A y repenser j’enviais alors les enfants qui pouvaient
rêver leur existence dans le monde merveilleux des Bisounours.
Le temps est passé, Docteur, et me voilà en proie avec des insomnies.
Ça a commencé il y a longtemps, insidieusement. Je me souviens, peu de temps après mon initiation, avec une admiration circonspecte j’avais eu l’occasion, de loin, d’apercevoir à l’Hôtel du Palais
de Biarritz ( devenu l’un des 8 palaces français en 2011 ), Claude Charb…, alors G.M. de l’obédience.
Le G.M., pas un seul cheveu blanc malgré son âge, présidait le banquet dans les ors et le pourpre. J-C Foell… , s’affichait avec délectation avec une toute jeune femme qui était manifestement sa
compagne.
Mon frère, voisin de table, le regard panoramique, m’avait alors dit : « et tout ça avec l’argent de nos capitations… » Je m’étais alors demandé si tout le monde n’avait pas payé le Triangle, que
j’avais trouvé pour ma part exorbitant, mais quand on aime, on ne compte pas.
Je me suis très souvent bouché les oreilles et j’ai aussi failli me crever les yeux mais j’ai applaudi à tout rompre lors du journal de 20H de France2 - 15/12/2000 :
http://www.dailymotion.com/video/x92jqf_franc-maconnerie-mise-en-cause-a-ni_news). On voit dans ce reportage de 2 minutes le G.M. d’alors, Claude Charb…, brandissant l’épée de Saint-Michel, prêt à
éradiquer le Mal. On y voit aussi, c’est drôle, ceux qui allait diriger la GLNF jusqu’à présent. Je me demande encore comment le journaliste a eu un tel talent divinatoire pour fixer ces images
!
Malheureusement Docteur, voilà, mon rêve est devenu cauchemar.
Je ne veux pas que ma cotisation ait été et soit utilisée à de mauvaises actions. Je sais bien qu’ « on ne juge pas une religion à ses déviances mais à ses saints ».
Je recherche un saint vigoureusement et désespérément.
Docteur, vous n’en connaitriez pas un ?


enfantsdelaveuve 05/05/2011 19:22


Tournons la page !

2. : La rémunération de Maître Legrand est fixée par le tribunal. Réponse de Emmanuel S.19864 - Fidèle d'Amour aujourd'hui à 16h08
Certes, mais sa rémunération mensuelle est de combien ? Ca doit être d’autant plus facile à savoir que ces prestations sont tarifées.
« En l’absence de définition légale de l’administrateur ad hoc, on peut définir ce personnage comme suit : personne physique ou morale, désignée par un magistrat, qui se substitue aux représentants
légaux, pour exercer aux noms et lieu du mineur qu’il représente, ses droits. »
Nous ne sommes pas mineurs mais nous sommes sous tutelles.
L’A.A.H a donc une mission précise et un délai imparti. Elle reçoit des indemnités fixées par le tribunal.
Habituellement l’expert ne reçoit pas de salaire mensuel. Ce serait trop facile de faire trainer pour s’enrichir honteusement !
Si sa rémunération est de 82000 € /mois, cela doit correspondre à un travail d’équipe puisque ça ne peut pas être un salaire individuel.
Qui compose son équipe ? Où en est sa mission ? Quels sont les obstacles qu’elle rencontre ?
Le tuteur a un devoir régulier d’information, de rendez-vous périodiques avec la personne sous tutelles.
Madame Legrand a un DEVOIR d’information des membres de l’association, du plus grand au plus petit, sans sélectivité. Tous les membres sont égaux. Il n’y a aucune raison qu’elle informe quelques
uns au détriment des autres. Si cela existe, pourquoi le fait-elle, de quel droit, au profit de qui.
Nous ne sommes pas sans droit.
Nous tous, membres de l’Association GLNF (nous, toi, moi) sommes en droit de savoir quelle est sa mission, nous sommes en droit de la dénoncer si elle n’effectue pas son travail ou si elle ne
respecte pas les délais ou si nous sommes victimes d’abus de sa part (si, si ça arrive fréquemment des abus de pouvoir des tuteurs, il y en a même eu qui ont été condamnés au pénal…).
Que se passe-t-il lorsqu’il y a collusion entre le tuteur et le parent condamné ? Il y a sans attendre la suspension du tuteur !!!

Le silence de Maître Legrand, son absence de communication participent à notre défiance légitime. Malgré de nombreux rappels, elle continue à faire la sourde oreille.
Cela participe à la création d’états de tension tels qu’ils peuvent, à tout moment, dégénérer jusqu’à la violence, ce qui serait subito presto la certitude de l’échec de sa mission et conduirait à
son remplacement pour carence.
Tout le monde le sait et c’est ce que nous voulons éviter alors, qu’à mon avis, d’autres le cherche activement, en particulier F.S. qui pourrait alors judiciariser la situation, se poser en victime
et demander des dommages et intérêts exorbitants. Je suis bien sûr que c’est la stratégie de ses conseils.
La seule solution actuelle est de dénoncer la situation auprès du Magistrat chargé de l’application de la décision de justice. Il faut demander le changement de tuteur en signalant individuellement
sa perte de confiance.
Cela peut se faire par une pétition.
Nous pouvons également demander la levée de cette tutelle et confier à des membres que nous élirions ou même à une société profane l’organisation des élections d’un conseil d’administration.
Ca ne nous couterait pas 82000€/mois et nous serions maîtres de nos échéanciers !!!
L’audit des comptes est une autre procédure qui pourra être poursuivie par le nouveau bureau.