Ne partons pas !

Publié le par concombre masqué


Mes FF,


La GLNF réunit des hommes de bonne volonté, bien intégrés dans le siècle, qui obéissent néanmoins à une règle, dont la finalité est le perfectionnement de l’humanité par le perfectionnement individuel.

 

De l’homme à l’Homme : « connais-toi toi-même et tu connaîtras l'univers et les dieux ».
Cette démarche implique, le respect du prochain comme de soi-même, la Fraternité, la Tolérance. Démarche dont le moins que l’on puisse dire est qu’elle n’est pas dominante.
Fraternels, tolérants, idéalistes, dans un environnement matériel et violent, nous sommes devenus le masque d’honorabilité de prédateurs qui ont compris la nécessité de donner une apparence respectable à leurs aspirations profanes. Un véhicule idéal qui réunit à la fois un trésor métallique, un levier de pouvoir, une identité respectable. Un corps que l’esprit de tolérance de ses membres, souvent idéalistes et peu méfiants, rend accessible à ces prédateurs : une proie.
L’investissement a commencé, il y a 15 ans environ, presque indolore au début : juste une augmentation de la pression métallique, pour couvrir les dépenses excessives liées au(x) nouveau(x) siège(s) de Pisan.

Certains s’en rappelleront. Quand on aime, quand on croit, ou quand on veut croire, on ne compte pas : donc une taxation additionnelle sur les initiations (oui !), une petite bronca, puis cela a passé. C’est oublié aujourd’hui. Mais le cancer primitif était dès lors entré dans le fruit, et les « métastases » se sont développées, parisiennes, puis en province, grâce à une courtisanerie servile.

Et ce, jusqu’à ces jours où l’impatience d’un dirigeant, moins fin que ses prédécesseurs, dont la brutalité, le culte de sa personne, et les fastes ostentatoires de Mandarom, ont ouvert les yeux des FF, et révélé la vraie nature de l’appareil qui est en train de se constituer, et, nous cherchons maintenant comment cela a bien pu arriver.

D’où vient cet appareil profane, masqué de la spiritualité et de l’honorabilité de la GLNF ?

Comment a-t-il pu se débarrasser aussi facilement de tous ceux qui ayant décelé la manœuvre, s’en sont inquiétés ?

Tous ces FF exécutés, au nom bien sûr de « l’intérêt supérieur de l’Ordre », par des soudards invités à la curée. Des soudards, enhardis ou hystériques, qui envahissent physiquement les temples où certains d’entre nous, qui pensaient pouvoir mépriser ces « querelles d’appareil », les voient arriver, exigeant l’allégeance, au mépris du principe essentiel de notre Liberté.


C’est « La bourse ou la vie ! »
Et nous nous réveillons incrédules, pris dans une étreinte que nous n’avions jamais imaginée, sans comprendre comment nous nous sommes laissés sacrifier au veau d’or.
Mais le mal n’est pas consommé : là où nous avons failli à notre devoir de vigilance, la Providence veillait, car l’avidité portait en elle le germe de sa destruction.
C’est en effet le « toujours plus », toujours plus de pouvoir, toujours plus de métaux, le « toujours moi », toujours plus de médailles, toujours plus d’ostentation, qui a conduit le guide spirituel et ses états-majors acquis, avides et serviles, à des abus tels que même les « ravis » dociles que nous sommes à leurs yeux, ne pouvaient rester aveugles plus longtemps.
Le sentiment d’impunité conduit parfois à de telles erreurs.
Et le « guide spirituel », ivre de son pouvoir, a cassé le jouet de la dynastie naissante, l’outil de son pouvoir et sa pompe à « phynances ».

Ce n’est pas tout, joignant une tactique destructrice à l’inculture, il a créé les « Acacias » en réaction aux « Myosotis », entérinant ainsi une fracture dans l’institution dont il a la charge, et il a oublié que le Myosotis a été, à son origine, imaginé par des FFMM pour protéger l’acacia, trop identifié par la croix gammée.
Il ne l’a peut-être pas encore compris, mais cet accident de notre Histoire dont il est le déclencheur n’est pas joué, ni pour son appareil étranger à nos idéaux, ni bien sûr pour nous.


Nous avons manqué de vigilance, ce que nous paierons d’une période de désordre et d’une tache dans notre histoire, mais nous avons une deuxième chance parce que la Providence, elle, n’est pas aussi impitoyable que notre Guide spirituel, qui se vante de l’être au nom de la Sagesse.
Comme il ose tout, nous devons pour ce qui nous concerne faire preuve d'un minimum d'audace pour honorer un autre devoir, le devoir de désobéissance, ce devoir que la société moderne, dont il se revendique, a su rétablir dans sa nécessité, et même dans le droit, pour éviter les tragédies dues à la folie des tyrans dont l’histoire contemporaine nous a gratifiées.


Alors ne partons pas ! Ne démissionnons pas ! Résistons !


Si nous partons, la GLNF est perdue, et c’est notre départ qui l’achèvera;
Pensez que l’odeur nauséabonde des vices et des métaux qui vous aura fait fuir, a, au contraire, la force d’attraction des phéromones sur les affairistes de tous poils qui vous remplaceront. Accueillis à bras ouverts dans le nouveau dessein imaginé par le guide spirituel pour la GLNF.
Une profanation.
Et si nous restions sans agir, nous concourons par défaut à la noire entreprise : l’un de nos FF citait récemment, et fort à propos sur Myosotis : « Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal mais par ceux qui les laisse faire sans agir » (A. Einstein).

La Fraternité ne nous exonère pas de notre devoir de vigilance. Nous y avons failli. Il est temps de se reprendre.
À compter de ce jour, exerçons (enfin) notre capacité critique, invoquons le droit, et plus même, revendiquons le Devoir de désobéissance, pour nous opposer sur le champ à tous les excès dont nous serons les témoins au sein de la GLNF.


N’oubliez pas que nous y sommes chez nous.

Cette reprise passe par la prise de conscience des VVMM, chefs de l’Ordre qui seuls peuvent résister à cette emprise mortelle. Elle exigera d’eux du courage pour résister aux pressions et aux récupérations. Barricadons-nous autour d’eux dans nos LL dont ils sont les chefs reconnus, et dont ils doivent réhabiliter et défendre la souveraineté.


Et que les LL de chaque province développent autour du Myosotis local le flux d’informations en ligne, déjà initié en Ligérie et dans dix autres provinces. Nous y recueillerons toutes les informations sur les exactions dont nos LL seront les cibles, et nos FF les victimes ou les témoins, jusqu'à ce que tous les yeux s'ouvrent. Et nous y accueillerons fraternellement les FF enfin sortis du cauchemar.


Frat :.


Bruno MARTIN

 

091210093827421042.jpg

Commenter cet article