Un conseil d'administration ou la Nef des Fous ?

Publié le par concombre masqué

Pour confirmation de notre flash, voir le communiqué de La Croix voici les informations vérifiées sur ce conseil d'administration historique.

 

Rares étaient ceux qui avaient fait le déplacement aujourd’hui vers le troisième étage  de Pisan, pour une réunion destinée normalement à  mettre en oeuvre la récente décision de la Cour d'Appel sommant le Président de la GLNF d'organiser sans délai une assemblée générale.

 

Il y avait donc Debuisson, (avocat pénaliste de son état, ce qui peut être utile), Nemarque ci-devant grand Orateur (commercial reconnu, là aussi ça peut aider à vendre l'invendable), Pilorge le traître du 4 décembre, toujours prêt à servir le guide, Jean Charles le complice des premiers jours, mais pas avec sa moustache, car seulement sous forme de procuration donnée au guide.

 

De Député, point, de vieux de la vieille, point, de Trésorier, point.

Bref la plupart avaient préféré regarder ailleurs. Pour avoir lu notre récente mise en garde sur leur responsabilité personnelle, peut-être ?

 

Pas d'ambiance pour ce pince-fesse obligé, pas de chapeaux pointus ni même de galette...

 

Par contre un nouveau délire, qui sera proclamé demain comme issu d'un vote unanime et enthousiaste: après s'être félicité que le Tribunal ne l'ai pas imposé, ne voila-t-il pas que le guide va demander par référé la nomination d'un administrateur!!!

Ad-hoc ? on ne sait pas trop, et à quelle fin mystère...

ou plutôt si : organiser l'AG, et lancer un audit sur les «sociétés» !

 

Alors que, des Juridictions aux Grandes Loges de plus en plus agressives, des Loges en quasi insurrection, de la Justice française qui n'arrête pas de le tacler, F. Stifani est pour le moins isolé et quelque peu désavoué, il nous sort encore un lapin boiteux de son chapeau percé!

Car il est évident que tout cela sent sa combine, et l'envie vraiment très forte de gagner du temps.

 

Mais pourquoi tant de haine, de volonté de se survivre contre toute dignité et toute logique? Pourquoi ne pas, une bonne fois pour toutes, comprendre que c'est fini, et qu'à défaut de se sauver lui-même il peut encore éviter que le bateau ne sombre définitivement?

 

A suivre donc, puisque dans ce feuilleton rocambolesque, le guide va bien nous inventer un ou deux gags supplémentaires d'ici à demain...

 

Partez M. Stifani, ou faites au moins les choses proprement, mais arrêtez de dilapider notre argent pour votre fatuité, votre orgueil et les cadavres des placards!

Un peu de dignité, que diable!

Commenter cet article